Les associations 2019-02-14T16:01:40+00:00

Trouver un loisir ou un sport en contactant les associations

Les maisons de quartier, associations, MJC, centres de loisirs, clubs sportifs… proposent des activités de loisirs aux enfants et parfois aux adultes : activités sportives (sport collectif, danse, natation, équitation, cirque…), activités manuelles ou artistiques (dessin, peinture, poterie, musique, cinéma…). Ce sont généralement des activités collectives, parfois individuelles (cours de musique…)

Si vous pensez que votre enfant peut se sentir bien dans une telle activité, il faut contacter directement le responsable de la structure que vous avez repérée, pour trouver les bonnes modalités d’accueil pour votre votre enfant. Le plus probable est que la personne qui encadre l’activité ne sera pas habituée à accueillir un enfant avec des besoins particuliers et dans ce cas, elle pourra vous dire qu’elle a peur de ne pas savoir faire, de ne pas réussir à gérer le groupe, de ralentir le groupe…

Il est nécessaire d’aider cette personne à se projeter en lui expliquant ce que votre enfant saura bien faire comme les autres, quand il aura besoin d’aide ou de plus de temps,  ce  qu’il ne fera pas.

Ainsi, l’encadrant peut s’imaginer en train de gérer son activité et accueillir votre enfant au mieux. Il acceptera sans doute que vous soyez présent au début.

Il existe aussi des structures qui réservent des créneaux spécialement adaptés pour les enfants handicapés. Dans ce cas, il faut se renseigner pour savoir quels aménagements sont prévus, et si cela conviendrait à votre enfant. Parfois, les parents sont invités à rester à proximité du groupe pendant les premières séances, afin d’aider l’encadrant à adapter son cours à l’enfant.Ces structures peuvent être référencées Handissimo, et vous pouvez vous renseigner auprès de votre mairie.

Enfin, si le loisir que vous imaginez pour votre enfant n’existe pas de façon adaptée à ses besoins, sachez que certains parents qui ont des enfants qui souhaiteraient faire le même loisir, se regroupent pour demander la mise en place de créneaux adaptés auprès de la mairie ou de clubs sportifs ou d’autres associations. Selon votre projet, vous pourrez alors expliquer les besoins, négocier des moyens, trouver des bénévoles ou des animateurs pour encadrer le groupe, etc.

Tous les enfants et adolescents sont concernés par les loisirs, et le sport est recommandé pour tous.

Les enfants qui sont accueillis dans un établissement spécialisé ont généralement des activités de loisir organisées par l’établissement.

Les enfants scolarisés peuvent généralement participer (avec une AVS ou non) aux activités de loisir périscolaires, ce qui apporte un premier niveau de loisirs. Cependant les taux d’encadrement sont généralement faibles, et les activités proposées varient très régulièrement, ce qui ne permet pas d’approfondir l’apprentissage d’une activité.

On y rencontre des entraineurs, animateurs ou des professeurs, selon l’activité. Certains entraineurs sportifs sont formés au BAFA Handicap.

  • Le loisir est indispensable pour tous les enfants! Il permet d’apprendre d’autres choses, de rencontrer d’autres enfants, de rire, de prendre confiance en soi, d’améliorer sa communication et ses compétences dans un cadre tolérant, respectueux et ludique…
  • Pas de notification MDPH nécessaire.
  • Des aides peuvent être accordées par la MDPH pour les loisirs.
  • Les responsables d’activité pour tous peuvent avoir peur d’accueillir votre enfant : peur de ne pas savoir faire, de ne pas réussir à gérer le groupe, peur de ce que vont dire les autres parents… Chaque parent décide s’il « se bat » pour que son enfant soit accepté, ou s’il vaut mieux chercher une autre activité où il sera mieux accueilli.
  • Dans certaines villes, il y a peu d’activités organisées de manière adaptée pour les enfants handicapés. Des trajets longs sont parfois nécessaires.
  • Parfois il est demandé aux parents de financer eux-mêmes un accompagnant pour l’enfant afin qu’il participe aux activités. Dans ce cas il faut se renseigner auprès de la MDPH pour avoir des financements « loisirs ».
  • Le coût varie selon l’activité et la structure qui propose l’activité, comme pour tous les enfants.
  • Si votre enfant a besoin d’aménagements spécifiques liés à son handicap (matériel, déplacements…), une aide financière peut être demandée auprès de la MDPH, sous forme de PCH pour les loisirs.
  • D’autres modalités de financement des loisirs peuvent être trouvées, comme pour tous les autres enfants (par la CAF, le CCAS…).

AVS : auxiliaire de vie scolaire.

MJC : Maison des jeunes et de la culture, c’est un centre dans un quartier, qui propose des activités généralement peu chères.

MDPH : Maison départementale des personnes handicapées.

PCH : prestation de compensation du handicap.

C’est vraiment un moment où la personne va retrouver ses amis, dans un esprit de vivre-ensemble et de partage, vécu à 100%.

Témoignage de la maman de Fanélie, qui pratique des activités de loisirs avec l’association Vhasi.

Retrouvez l’interview de cette maman dans la chronique « Mon enfant différent » sur Vivre FM, en partenariat avec Handissimo :